Le Norvégien

Voici quelques repères historiques pour mieux connaitre le Norvégien.

 

Les Norvégiens affirment que ce chat a toujours existé : il ne descend pas du Persan puisque cette race est inconnue en Norvège avant le 20ème siècle.

La légende du Skogkatt (ou Chat des Forêts Norvégiennes) remonte à trés loin:

La mythologie parle d'un chat si énorme que le Dieu Thor, lui-même, ne pouvait l'arracher du sol.

Le char de Frïja, déesse de l'amour et de la fécondité, était tiré par deux gros chats.

La Norvège est le pays d'origine de ce "chat-fée", mais au 8ème siècle, les Vickings auraient ramené ses ancêtres d'Asie Mineure.

Embarqués à bord de leurs drakkars pour chasser les rats, ils furent livrés à eux-même quand le navire accostait en terre norvégienne. Ils se réfugièrent alors dans les forêts alentours pour y mener une existence rude mais libre.

Pour affronter le climat trés rigoureux de la région, ils développèrent un équipement nécessaire à leur survie : épaisse fourrure, double, isolante, imperméable, une solide charpente osseuse.

Ils ont dû aussi évoluer pour se prémunir contre les dangers de leur isolement : le poids et la taille augmentent, les pattes postérieures sont suélevées par rapport aux pattes antérieures, ils se dotent également de griffes puissantes. Ce sont des chats qui acquièrent ainsi les moyens de courrir rapidement, d'effectuer des bonds puissants et de grimper facilement aux arbres.

Admis comme animal sauvage mais utile, le Skogkatt était protégé très officiellement. 

Les gardes forestiers avaient pour ordre de les surveiller et d’empêcher qu’il soit capturé et exporté.
Cependant, au fil des années, ils se firent de plus en plus rares jusqu'à frôler l’extinction en tant que race autonome.

A partir de 1930, des éleveurs commencèrent à s’intéresser à lui. En Europe, des passionnés réussirent, avec la complicité probable des gardes forestiers, à avoir eux aussi le chats des Vikings. Et comme il est très beau, il fit sa percée également aux Etats Unis.

Au début des années 1970, de réels efforts furent accomplis par les éleveurs passionnés, pour préserver cette race aux caractéristiques uniques.

La race est reconnue par la Fédération Féline Internationale en 1972. 
Un club de race et un premier standard voient le jour en 1975. 
En 1977, la race est homologuée et un standard officiel est rédigé afin d’éviter toute confusion avec le Maine Coon.

A voir la curiosité et l’admiration que suscite sa présence dans les expositions félines, on peut prédire un bel avenir à ce chat pas comme les autres, même si de loin, on peut le confondre quelque peu avec le chat européen. En réalité, il se situe entre le chat sauvage européen et le lynx dont il a les oreilles hautes aux poils plus longs aux extrémités.

C’est un chat d’une vive intelligence qui s’attache à son foyer.
Ce chat, très sûr de lui, est doté d’une très grande stabilité caractérielle. Très sociable, sensible, calme, mais également joueur, il accepte facilement ses congénères, les chiens, les enfants ; il est vraiment d’un caractère facile. Sa voix est douce et il a cette qualité de répondre quand on l’appelle.

Il aime beaucoup les caresses, et il n’est pas réticent à s’endormir sur les genoux … s’il l’a décidé. De même, il apprécie à s’installer sur votre lit au moment du coucher sans aller toutefois jusqu'à dormir sous les draps. 

Le Chat de Forêts Norvégiennes est d’un naturel apaisant. Beaucoup d’amateurs avouent avoir eu beaucoup de chats dans leur existence, mais n’avoir jamais rencontré un chat aussi adorable.

Rustique, robuste, d’une souplesse étonnante, grimpeur avertit, le Norvégien est un redoutable chasseur.

S’il doit vivre en appartement, un arbre a chat est indispensable.
Si on le laisse sortir en plein air, il marchera dans le sillage de son maître, comme le ferait un chien, et il appréciera beaucoup la promenade.

Du fait de sa toison épaisse, il est indispensable de le brosser au moins une fois par semaine et plus souvent pendant les périodes de mue. Celle ci est importante, puisque seule la queue reste touffue. Dés les premiers refroidissement, il retrouve sa parure de félin et sa jolie crinière. Malgré tout, cette longue et belle fourrure demande beaucoup moins de soins que celle des autres chats a poils longs.

Sa maturité trés lente n'est atteinte qu'à l'âge de 4-5 ans.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×